FRANCOIS

 

 

François le piper! prononcer paillepeur! surnom le Menhir. il faut bien le connaître pour savoir quand il sourit ou quand il est en colère, mais avec l'habitude ses  compères ont trouvé le mode d'emploi. De toute manière pour jouer d'une usine à gaz pareille on ne peut être qu'un menhir.

C'est dans les années 76-80 du siècle précédent qu'il s'est adonné en premier lieu aux plaisirs de la cornemuse écossaise pour en garder sous le bras faut croire! En 89 il débarque en bretagne; joue en pipe band à Cesson(35); en couple et au cercle celtique de Rennes(35); puis au bagad de Cesson et de Monfort(35) et dans le groupe "WARROCK" en 95/96.  Finalement il s'est mis au uilleann pipe*, car c'est le bon nom de l'instrument, après en avoir goûté un peu à l'étranger (Paris) .Oui le pipe ça vient! ça vient!.. c'était juste un peu avant de rentrer dans le groupe des" Old Fogeys" où il sensibilisa les tympans avec une dextérité sans faille ou presque....Faut dire qu'avec ça il a la bouche libre mais lui c'est pas la guinnesssss qui l'intéresssss il est plutôt petit vin blanc. D'après lui c'est parce que lors d'un voyage en Teutonie il aurait mal supporté la bière . Mais moi je sais pourquoi il ne boit plus de bière depuis qu'il joue du paillepe, c'est que cette bête là est arnachée à lui avec une sangle et pour aller... enfin vous comprenez tous ces tuyaux c'est génant!

Depuis, il a rejoint Trio Grains de Reel et se met toujours du coton dans les oreilles. Pour ne pas entendre les autres sûrement.  A moins que ce  ne soit très sonore comme instrument.

Pour finir, François, c'est un gars discret quand il ne joue pas, mais tout est dans le regard, n'est pas menhir qui veut!

*Le Uilleann pipe est le nom contemporain donné à la cornemuse irlandaise.

Le terme Uilleann, signifiant coude en gaélique , n'est utilisé que depuis le XXe siècle. L'instrument était auparavant connu sous le nom de "Union Pipes", terme utilisé depuis le XVIIIe siècle. Il se peut que le changement de dénomination soit dû à des connotations politiques, tel l'Acte union(1800) imposé par l'Angleterre, ou par l'union de la chanterelle et des régulateurs.

Son ancêtre le Piob Mor, grande cornemuse de guerre utilisée durant les batailles, fut mis hors-la loi durant le bannissement des lois de brehon qui amena la destruction de l'ordre gaélique. En 1367, les lois pénales des statuts de Kilkenny décrètent que jouer de la cornemuse est une offense punissable de mort.

Le développement de l'instrument, plus doux que son prédécesseur, date du XVIIIe siècle et fut très influencé par la Musette et autres cornemuses pastorales qui inspirèrent, entre autres, l'utilisation du soufflet. Ce dernier permet de chanter ou narrer tout en jouant, comme l'ont fait entre autres Paddy Moloney les Mc Peaques et Finbar Furey.

Cet instrument est, de nos jours, joué exclusivement assis, mais les pipers ambulants tels les Doran, en jouaient debout avec une jambe repliée pour y poser le chanter. L'instrument, en voie d'extinction dans les années 1960, doit sa renaissance en partie à Seamus Ennis qui influença une nouvelle génération de pipers dont LiamO'Flynn. L'intérêt renouvelé pour cet instrument vient de l'engouement pour le folk et le trad durant les années 1970, avec l'apparition des groupes cultes tels Planxty, the Chieftains et the Bothy Band, tous ayant un uilleann piper à bord.

Date de dernière mise à jour : 29/11/2018

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×